PHYSIC

Processus hydrosédimentaires en interaction avec les courants extrêmes

Durée : 36 mois (2016 - 2019)

Contexte

Les hydroliennes seront déployées dans des sites soumis à des courants extrêmes qui peuvent induire un intense transport sédimentaire. Ce processus menace le bon fonctionnement des machines and peut diminuer leur durée de vie. Le manque de connaissance des processus hydrosédimentaires des sites hydroliens doit être comblé pour permettre un dimensionnement optimal des machines et pour diminuer le LCOE de la filière hydrolienne.

Objectif

Faire évoluer la modélisation hydrosédimentaire grâce à des campagnes de mesure.

Principales réalisations

  • Définition de la stratégie d’acquisition des données incluant le choix des instruments de mesure et la conception de leurs
  • supports
  • Campagne de mesure in situ dans le Raz Blanchard et récupération de l’instrumentation déployée.
  • Développement d’un modèle hydrosédimentaire régional du Raz Blanchard couvrant les conditions réelles de la zone et se nourrissant des observations in situ ainsi que de simulations à micro-échelles

Conclusion

PHYSIC a permis d’établir des recommandations en matière de déploiement de matériel pour l’acquisition de données de terrain dans les zones de forts courants. Des bases de données traitant du transport sédimentaire dans le Raz Blanchard ont également été constituées. Elles représentent des outils précieux pour les acteurs de la filière hydrolienne.

Ressources

Fiche résultats (PDF)

Partenaires et financement

Ce projet était piloté par le SHOM et France Energies Marines.

Le budget total du projet était de 1 313 k€.

Ce projet a bénéficié d’un financement de France Energies Marines, de ses membres et partenaires, ainsi que d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme des Investissements d’Avenir (ANR-10-IEED-0006-10).

Crédit photo : France Energies Marines

Écran en superposition fermé pour la recherche