DIMPACT

Dimensionnement d’éoliennes flottantes prenant en compte les impacts de la raideur et du déferlement des vagues

Durée : 40 mois (2020 - 2024)

Contexte

Lors de la conception d’éoliennes offshore pour un site spécifique, les industriels doivent analyser l’état limite ultime (ou ULS) de la structure, c’est-à-dire la réponse maximale attendue des systèmes en mer au cours de leur cycle de vie. L’évaluation de l’ULS semble comporter de considérables incertitudes en raison des impacts de la raideur et du déferlement des vagues aussi appelés ESBW. Comme le montrent les publications du secteur pétrolier offshore et de l’éolien fixe en mer, l’ESBW peut exciter les premiers modes structurels, causer des dommages dus à une excursion verticale de l’eau (run up) ou à la submersion de la plateforme (green water) ou encore entraîner des détériorations locales dues au tossage. La modélisation numérique d’une éolienne offshore flottante à échelle 1 a même montré que les extrémités des pales pouvaient heurter l’eau dans des conditions réalistes d’ESBW.

Objectifs

Fournir au secteur de l’éolien offshore flottant des directives de certification moins conservatives et un outil d’ingénierie approprié tenant compte de l’effet de la raideur et du déferlement des vagues en termes de tossage, d’excursion verticale, de submersion et d’effets induits par les vibrations.

Contenu scientifique et technique

  • Expérimentation de terrain depuis l’éolienne flottante à échelle 1 Unitech Zephyros.
  • Essais en bassin à houle reproduisant des états de mer avec une raideur croissante jusqu’à apparition de grandes vagues déferlantes.
  • Simulations numériques de la raideur et du déferlement des vagues en interaction avec une éolienne flottante

Ressources

Fiche projet (PDF)

Partenaires et financement

Ce projet est piloté par France Energies Marines.

Le budget total du projet est de 2 600 k€.

Ce projet bénéficie d’un financement de France Energies Marines, de ses membres et partenaires, ainsi que d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme des Investissements d’Avenir.

Crédit photo : Saskia 1310 / Pixabay

Écran en superposition fermé pour la recherche