Résistance thermique du biofouling

Caractériser la résistance thermique du biofouling

Après une immersion de plusieurs mois dans de l’eau de mer, le premier tube PVC d’une série de trois vient d’être prélevé pour une expérimentation innovante. Il s’agit de caractériser la résistance thermique du biofouling qui se développe sur les surfaces immergées, notamment sur les câbles dynamiques d’export d’électricité des systèmes EMR.

Vidéo de l’expérimentation

La première étape consiste à identifier et quantifier les organismes vivants qui ont colonisé la surface externe des supports. Pour cela, des séries de photos sont réalisées suivant un protocole permettant de quadriller l’objet d’étude. En complément, des mesures directes de l’épaisseur, du diamètre total et du périmètre sont prises systématiquement.

Une fois acheminé à la plateforme d’essais Ifremer de Sainte-Anne du Portzic, chaque tube est immergé dans un environnement contrôlé pour être soumis à une série de tests. L’objectif : mesurer les échanges thermiques entre un écoulement d’eau douce chauffée à 45°C circulant à l’intérieur du tube colonisé et un écoulement d’eau de mer circulant à l’extérieur du tube. Ce dispositif va ainsi permettre de déterminer la gamme de coefficients de transfert de chaleur du biofouling. Les résultats obtenus seront utilisés pour mettre à jour la méthodologie du calcul de fatigue des ombilicaux, en tenant compte d’une distribution hétérogène du biofouling.

Découvrir l’ensemble du projet ABIOP+

Crédit photo : France Energies Marines

Écran en superposition fermé pour la recherche