L'Institut pour la Transition Énergétique
dédié aux Énergies Marines Renouvelables
RSS Actualités
Premiers travaux d'experts pour le projet COME3T
31/10/2018

Trois problématiques soumises, restitution prévue dans quelques mois

Enquête en ligne
12/02/2019

Participez au recueil des besoins des utilisateurs

Conventionnement ITE France Energies Marines
15/03/2019

... dans le fonctionnement de France Energies Marines

Vague déferlante
11/02/2019

3 membres de notre équipe ont été accueilli par l'Université du Rhode Island

Réunions d'avancement
29/01/2019

Réunions d'avancement en série

Projets collaboratifs

Projets collaboratifs

Suite des réunions d'avancement

Ces dernières semaines ont vu la tenue d'un certain nombre de réunions d'avancement concernant les projets de R&D collaborative coordonnés par France Energies Marines. Retour sur les principales avancées réalisées par nos équipes et nos partenaires.

Le 07/02 : SPECIES
  
Ce projet s'intéresse aux interactions potentielles entre les câbles de raccordement électrique des projets d’EMR et les organismes benthiques des écosystèmes marins côtiers. La réunion a été l'occasion de faire le point sur une année 2018 riche en expérimentations :

  • suivi in situ des communautés benthiques retrouvées près des câbles sous-marins,
  • mesures en mer des champs électromagnétiques produits par les câbles d'export,
  • travaux en laboratoire sur l'effet des champs électromagnétiques vis-à-vis des juvéniles de homards.

3 sites sont actuellement concernés par le projet : Paimpol-Bréhat (Côtes d'Armor), le SEM-REV (Loire-Atlantique) et Jersey. Un accord vient tout juste d'être signé pour intégrer également le couloir où se situe le câble d’export de l'hydrolienne de Sabella, au large de l'île d'Ouessant. 
  

Le 12/02 : THYMOTE
   
En combinant mesures et modélisations numériques, ce projet a pour but d'obtenir des informations à haute résolution sur la turbulence dans le Raz Blanchard. Ceci, en vue de mieux estimer le rendement et le positionnement des turbines d’hydroliennes et d'optimiser le dimensionnement des machines. La réunion a permis de riches échanges sur :

  • les travaux de modélisation de la turbulence, à l'échelle locale et régionale, qui ont été menés dans le cadre de deux thèses qui se terminent en mars prochain.
  • les résultats obtenus lors d'une campagne de mesures in situ réalisée avec un double profileur de courant ADCP.
  • l'application de ces différents travaux à une étude de l'effet de la turbulence sur les hydroliennes.

  
Le 01/03 : APPEAL
 
En intégrant science de la nature et sciences humaines et sociales, ce projet vise à mesurer les effets des parcs éoliens flottants sur le fonctionnement des écosystèmes côtiers. La réunion a été l'occasion de faire le point sur les principales réalisations de la 1ère année de ce projet de 3 ans :

  • organisation de 4 campagnes scientifiques à la mer sur les sites de Groix Belle-île (Atlantique) et de Leucate (Méditerranée) pour collecter et observer la  faune des fonds marins ;
  • travaux de modélisation permettant d'étudier l'impact du changement climatique sur la probabilité de déplacement des niches écologiques potentielles des poissons et céphalopodes dans le Golfe de Gascogne ;
  • premières étapes de constitution d'une méthodologie pour mesurer l'acceptation sociale des parcs éoliens flottants ;
  • rédaction d'un guide juridique de l'évaluation environnementale dédié aux projets de parcs éoliens flottants ;
  • analyse du réseau des acteurs impliqués dans les processus de prise de décision sur la base de plusieurs entretiens menés sur le terrain.

  

Le 26/03 : GEOBIRD
  
Ce projet a pour objectif de développer une balise multi-paramètres destinée aux oiseaux marins de petite et moyenne taille. Elle permettra non seulement de géolocaliser les animaux, mais aussi de collecter des informations sur leur altitude de vol, la profondeur de leurs plongées et la température environnante. Un tel équipement n'existe à l'heure actuelle que pour les grands oiseaux. Il s'agira donc d'une première dans le domaine.
Lors de la réunion, les discussions ont porté sur le prototype de balise qui est en cours de finalisation ainsi que sur les deux phases de tests à venir.
La première sera menée en avril/mai, sur des goélands de la façade Atlantique, par Bretagne Vivante. La seconde sera réalisée en juillet/août, sur des Puffins de Scopoli de l'archipel de Riou et des Îles de Marseille, par le CEFE.
La journée a également été l'occasion d'une visite des installations de l'IPHC de Strasbourg et d'échanges riches avec les équipes.

  

Le 28/03 : SOLCYP+
  
Ce projet porte sur les sollicitations cycliques des monopieux d’éoliennes offshores. Les échanges ont porté sur une 1ère série d'essais réalisée par l'IFSTTAR en centrifugeuse concernant des sollicitations transverses cycliques sur un pieu rigide dans du sable saturé. La mesure du déplacement a été effectuée par fibre optique. Le réseau de Bragg permet d'obtenir une discrétisation fine aux lieux d'intérêts, indispensable pour une description réaliste des raideurs de sol avec pieu rigide.
L'occasion également de faire un point sur la thèse menée dans le cadre du projet et supervisée par Polytech'Lille. Elle vise à concevoir un modèle hybride analytique/numérique de comportement de la craie. Ce type de roche calcaire, très présent dans les fonds marins du nord de la France, présente un comportement viscoélastique complexe. Il est donc important de disposer d'un modèle permettant d'adresser l'évolution dans le temps pour une prise en compte de la dégradation des propriétés du sol. Le modèle sera ensuite calibré en boîte de cisaillement tri-dimensionnelle au Laboratoire 3SR de Grenoble.