L'Institut pour la Transition Énergétique
dédié aux Énergies Marines Renouvelables
RSS Actualités
Premiers travaux d'experts pour le projet COME3T
31/10/2018

Trois problématiques soumises, restitution prévue dans quelques mois

Enquête en ligne
12/02/2019

Participez au recueil des besoins des utilisateurs

Conventionnement ITE France Energies Marines
15/03/2019

... dans le fonctionnement de France Energies Marines

Vague déferlante
11/02/2019

3 membres de notre équipe ont été accueilli par l'Université du Rhode Island

Réunions d'avancement
29/01/2019

Réunions d'avancement en série

Eolien posé offshore

Eolien posé offshore

Diminuer le coût de la caractérisation des fonds marins

Parmi les préoccupations des acteurs de la filière éolienne offshore, la compétitivité, et donc la diminution des coûts, figurent en bonne place. Dans ce contexte, les études géotechniques préalables sont particulièrement concernées car très onéreuses. Celles-ci sont cruciales pour le dimensionnement des fondations des éoliennes car elles permettent de caractériser la mécanique des fonds marins. Or, ce type d’étude nécessite des campagnes en mer avec déploiement de carottier pour prélever des échantillons de sol qui sont ensuite analysés en laboratoire.

C’est dans ce contexte qu’a été initié en 2018, le projet de R&D collaboratif GEOSISMEM qui durera 3 ans. Coordonné par France Energies Marines et piloté scientifiquement par l’Université de Bretagne Occidentale, il implique également de manière étroite l’Ifremer et MAPPEM Geophysics. Ce projet a pour objectif de développer une nouvelle méthodologie de caractérisation des sols en utilisant des données géophysiques dont l’obtention requiert des moyens plus légers et moins coûteux.

Les résultats issus d’une première campagne en mer SYCOPO menée au large de Concarneau courant 2018 ont montré une bonne complémentarité entre des mesures électromagnétiques et sismiques. Ces résultats ont fait l’objet d’une présentation à l’occasion du SAGEEP 2019 qui s'est tenu à Portland (Etats-Unis) du 17 au 21 mars 2019.

Des travaux visant à définir une méthodologie pour transformer les données géophysiques en données géotechniques sont actuellement en cours. Une nouvelle campagne en mer sera organisée en août 2019 sur le site du futur parc de Courseulles-sur-Mer. Elle permettra de confronter les résultats issus de la nouvelle méthodologie avec les études géotechniques existantes.