L'Institut pour la Transition Énergétique
dédié aux Énergies Marines Renouvelables
RSS Actualités
22/02/2017

FEM Symbol Christophe Chabert fait un bilan de la progression de France Energies Marines

11/04/2017

Logo OES Increased collaboration is key to overcoming challenges faced by the ocean energy sector

22/02/2017

FEM Symbol FEM a présenté de premiers résultats et ses perspectives à l’occasion de sa Tribune Scientifique & Technique

22/02/2017

FEM Symbol En association avec FEM, l'ANR lance le 3ème AAP EMR ITE

Actualités>Quoi de neuf?>Entretien avec le journal Les Echos

Entretien avec le journal Les Echos

16/02/2016

Logo FEM « Les technologies des hydroliennes vont encore évoluer »

France Energies Marines, à Brest, développe des travaux de R&D dans le secteur hydrolien où de nombreuses technologies restent à découvrir.

Yann-Hervé de Roeck (Directeur de France Energies Marines)

Où en est l'état de l'art dans les technologies liées aux hydroliennes ?
Des démonstrateurs fonctionnent depuis cinq ans en Grande-Bretagne qui ont été les premiers à se lancer. Ce sont essentiellement des systèmes individuels et non pas des fermes qui regroupent plusieurs hydroliennes. Les technologies sur ces machines vont encore évoluer. Des gains sont possibles en matière de maintenance mais aussi sur la connaissance de la mer, des turbulences, de façon à affiner les conditions de variation de la production de l'énergie électrique.

D'autres marchés sont-ils envisageables au-delà du plateau continental ?
Actuellement, les hydroliennes peuvent être installées dans des fonds marins de l'ordre de 50 mètres. Le Japon mais aussi les Etats-Unis s'intéressent à de nouveaux types de turbines de taille plus importante qui pourraient rejoindre les grands fonds océaniques à plusieurs centaines de mètres sous la mer. Les travaux ne sont pas encore aboutis. Il y a le problème du coût d'acheminement par câblage électrique. Il est aussi possible de créer des hydroliennes de taille beaucoup plus petite pour récupérer le courant des fleuves. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie vient de publier un appel à manifestations d'intérêt allant dans ce sens. Il est aussi étudié la création d'hydroliennes pour alimenter en électricité les îles. Se pose le problème du stockage de l'énergie produite.

Comment éviter que des problèmes écologiques n'apparaissent avec ces technologies ?
Les équipes de France Energies Marines ont créé un guide des bonnes pratiques portant sur les impacts environnementaux. Nous sommes partis des études déjà réalisées en France et à l'étranger. Premier constat, il n'y a pas de danger pour les mammifères marins. Les pales tournent lentement, de l'ordre de quelques tours par minute. Le risque que l'animal puisse être déchiqueté est écarté. En Ecosse, des travaux ont été menés sur des phoques équipés de capteurs. Les scientifiques ont ainsi pu analyser leur comportement d'évitement. Quant à l'impact acoustique, il est faible et bien inférieur aux bruits émis en surface par le trafic maritime.

Source : Mer-Veille.com / Les Echos